Événements extrêmes

 En traînant sur un vilain site pourvoyeur de fausses nouvelles, je suis tombé sur le tweet d'un japonais qui avait analysé les jours de canicule sur l'île de Hachijo de 1906 à 2017. Selon la théorie du CO2 anthropique, les températures globales sont supposées augmenter rapidement et nous devrions avoir d'avantage de «jours de chaleur» qu'il y a 50 ou 100 ans.

Île de Hachijo, à l'est de Tokyo, Japon

Cette île à l'est de Tokyo est un endroit protégé de l'effet « d'îlot de chaleur urbain » qui fausse les mesures des températures maximales. Et ce pourvoyeur de fausses nouvelles a osé dire qu'en regardant les 111 dernières années, la tendance du nombre de jours de plus de 30 ℃ à Hachijo de 1906 à 2017 «nie l'hypothèse du réchauffement climatique anthropique» et ne soutient pas le mythe d'un changement climatique généralisé par l'homme !

Horreur et putréfaction ! Mon sang n'a fait qu'un tour. Qu'en est-il de l'Arctique qui doit se réchauffer deux fois plus vite ?  J'ai immédiatement relu la Bible Verte pour me rassurer, le dernier rapport du GIEC (IPCC), l'AR5.

CHANGEMENTS CLIMATIQUES 2013 - Les éléments scientifiques - Résumé à l’intention des décideurs, Résumé technique et Foire aux questions

Quelques extraits du « Grand Livre des Prophéties » 🙂
P.9 « De multiples éléments indiquent que l’Arctique connaît un réchauffement très important depuis le milieu du XXe siècle »
P.17 « Il est probable que les forçages anthropiques ont contribué au réchauffement très important observé en Arctique depuis le milieu du XXe siècle »
P.20 « ...pour la période 2081–2100… L’Arctique se réchauffera plus rapidement que l’ensemble du globe et le réchauffement moyen sera plus important à la surface des continents qu’à la surface des océans (degré de confiance très élevé) »
P.73 «  Il est probable que les activités de l’homme ont contribué de manière significative au réchauffement très substantiel des températures à la surface des terres émergées dans l’Arctique au cours des 50 dernières années »
P.77 « Avec la connaissance des forçages climatiques externes du passé, les synthèses de données paléo-climatiques ont étayé l’amplification polaire, caractérisée par des variations des températures de l’Arctique plus importantes que la moyenne mondiale en réponse à des concentrations élevées ou faibles de CO2 »
P.182 « Les régions polaires illustrent bien la complexité des processus impliqués dans le changement climatique régional. Le réchauffement de l’Arctique devrait être supérieur à la moyenne mondiale... ».

Pas de doute. le GIEC l'affirme : l'Arctique se réchauffe plus que le reste du monde et « depuis le milieu du XXe siècle » !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscillation_atlantique_multid%C3%A9cennale

Le problème avec le climat, c'est qu'il y a tout plein d'oscillations de diverses natures qui viennent compliquer l'analyse des tendances. Il y a notamment El Niño et La Niña pour le Pacifique et l'Oscillation Atlantique Multi-décennale. Ces deux oscillations agissent sur le climat arctique. l'AMO a une période assez longue, entre 50 et 70 ans. Il est donc indispensable de trouver des enregistrements météos long (+ de 100 ans).

Pour que les mesures représentent correctement un signal, il faut que la la fréquence d’échantillonnage soit au moins le double de celle du signal (théorème de Shannon). C'est pour cela que les relevés des satellites qui ont débuté au début des années 80 peuvent voir des tendances là où il n'y a qu'une partie de cycle.

À Noter également que ces satellites en orbite basse dont la technologie change presqu'à chaque génération (compatibilité ?) ont une durée de vie courte et beaucoup de dérive orbitale. Cela impose des ajustements parfois plus important que le signal lui même !
Ajustement des mesures satellitaires (2018).

Il y a peu de stations ayant de longs enregistrements (+ de 100 ans) proche du cercle polaire arctique. La station de Sodankylä a des données de 1908 à nos jours.

Autour de l'Arctique, les longs enregistrements complets de stations météos au sol ne sont pas légion, mais coup de chance, il y en existe un en Finlande, celui de la station de Sodankylä. Ses enregistrements commencent en 1908, avec minima, maxima, moyenne et précipitation. Et bonheur complet, ce site, situé en pleine toundra, n'est pas soumis à la perturbation d’îlot de chaleur urbain !

Il ne reste plus qu'à récupérer les données à partir de l'Institut Royal Météorologique des Pays-Bas, simple et rapide, et dont les datas  sources sont celles du GHCND (NOAA). Un petit tripatouillage avec LibreOffice et quelques graphiques plus tard, la canicule de Sodankylä apparaît !
Les données et graphiques sont ICI

Nombre de jours de canicule à Sodankylä. La tendance est à la baisse de -2,2 jours par siècle.

En Finlande, la canicule débute à 25℃ et non pas 30℃ comme au Japon. J'ai pris cette température comme seuil car à Sodankylä, il n'y a eu que 35 jours supérieurs à 30℃ en 110 ans et 28 de ces 35 jours se sont produits avant 1975. La température la plus élevée mesurée depuis 1908 est de 31,7℃, le 7 juillet 1914 !

Et là il faut bien se rendre à l'évidence... le nombre de jours de canicule diminue à Sodankylä depuis 1908 ! La tendance est à la baisse : -2,2 jours en 100 ans pour une moyenne de 7,8 jours ! La prophétie du GIEC ne s'est pas réalisée. À Sodankylä, l'Arctique ne se réchauffe pas plus que le reste du monde depuis le milieu du XXe siècle et il n'y a pas d'avantage de «jours de chaleur» qu'il y a 50 ou 100 ans, au contraire, leur nombre diminue !

Température moyenne des jours de canicule à Sodankylä. La tendance est à la baisse de -0,5°C par siècle.

Mais qu'en est-il de la température moyenne des jours de canicule ? Est-elle en augmentation comme la prophétie du GIEC le suggère ? Enfer et damnation ! cette prophétie est vraiment de la daube, car là aussi, la tendance est à la baisse de 0,5℃ par siècle pour une moyenne de 26,6℃ ! Mais que font les sorciers experts du GIEC ! 🙁

Nombre de jours de canicule et température moyenne pendant la canicule. Il n'y a pas de corrélation apparente.

Avec ce dernier graphique, il est plutôt évident qu'il n'y a pas de corrélation entre le nombre de jours de canicule et la température moyenne des canicules sur les 110 ans de l'enregistrement. On peut voir également qu'il y a eu quatre années sans « jours de chaleur ».

Pour être complet dans la démarche de vérification des affirmations prophétiques des éminents sorciers experts du GIEC, voici le  graphique présentant les moyennes annuelles de Sodankylä depuis 1908.

Sur la période des 100 dernières années, la température de Sodankylä a progressé de 0,7°C, ce qui est dans la moyenne mondiale. On distingue nettement un cycle de 70 ans correspondant à l'AMO, l'Oscillation Atlantique Multi-décennale.

La tendance annuelle des 100 dernières année est de 0,7℃ d'augmentation, ce qui n'est pas d'avantage que la progression moyenne de la température de la Terre. On distingue très nettement un cycle d'environ 70 ans qui semble être corrélé à celui de l'AMO.

Il n'y a pas de variations de températures à Sodankylä plus importantes que celle de la moyenne mondiale, ni de réponse plus importante à une élévation de la concentration du CO2 . Encore une prophétie ratée !

100 ans de température mondiale à partir de la série HadCRUT 3 unadjusted - UK Met Office
http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3gl/from:1918/to:2018/plot/hadcrut3gl/from:1918/to:2018/trend

L'article scientifique « Pairwise comparisons to reconstruct mean temperature in the Arctic Atlantic Region over the last 2000 years » de Sami Hanhijärvi et Atte Korhola (Department of Environmental Sciences, University of Helsinki) et de Martin P. Tingley (Department of Earth and Planetary Sciences, Harvard University), accepté et publié chez Springer-Verlag Berlin Heidelberg en février 2013, reconstruit la température moyenne de l'Arctique Atlantique des derniers 2000 ans.

Pairwise comparisons to reconstruct mean temperature in the Arctic Atlantic Region over the last 2,000 years
https://link.springer.com/article/10.1007/s00382-013-1701-4

Dans le résumé il est précisé : « La reconstruction (du climat) de l'Arctique atlantique présente, durant la période chaude romaine et celle de l'Optimum Climatique Médiéval, des températures qui sont comparables ou même plus chaudes que celles du XXe siècle et (présente) au milieu du XIXe siècle, juste avant le début de la récente tendance au réchauffement, les températures les plus froides (en 2000 ans) ».

Cela a le mérite d'être clair. Les températures les plus froides de l'Arctique atlantique des deux derniers millénaires se seraient produites il y a 170 ans environ. Le réchauffement de 0,7℃ depuis 100 ans à Sodankylä est plutôt une bonne chose et semble normal après les températures si souvent froides du dernier « Petit Age Glaciaire » qui a suivi « l'Optimum Climatique Médiéval ».

Les températures actuelles inférieures ou égales à celles de l'Optimum Médiéval ne confirment absolument pas une augmentation importantes des températures de l’Arctique en réaction aux concentrations plus élevées du CO2 (inférieures à 280 ppmv au moyen age et plus de 400 ppmv aujourd'hui).

La salle des prophéties au Ministère de la Magie, Harry Potter

Encore une prophétie des magiciens experts du GIEC qui tombe à l'eau !
Mais que fait Harry Potter ? 97% des élèves de Poudlard font des fausses prophéties 🙂

 

 

4 réflexions sur « Événements extrêmes »

  1. À la réflexion, il est sans doute préférable de ne pas essayer de s’appuyer sur le théorème de Shannon: sauf erreur, un prérequit est que le signal doit être périodique, c’est à dire répété dans le temps. Comme ce n’est pas le cas ici, tout ce qu’on peut dire est que le théorème ne s’applique pas, et en toute rigueur il ne permet donc pas de justifier l’affirmation qui suit (C’est pour cela que les relevés des satellites qui ont débuté au début des années 80 peuvent voir des tendances là où il n’y a qu’une partie de cycle.).

  2. Mais bien sûr que si, le signal est périodique, même multi-périodique !
    Tu as, entre autre, les effets de l’AMO, de période 50-70 ans dans l’hémisphère nord :

    Tu ne trouve pas une ressemblance avec les variations de Sodankylä ?

    Sur la période des 100 dernières années, la température de Sodankylä a progressé de 0,7°C, ce qui est dans la moyenne mondiale. On distingue nettement un cycle de 70 ans correspondant à l’AMO, l’Oscillation Atlantique Multi-décennale. Si tu ne regardes qu’à partir de la lorgnette de 1980, le début de l’ère des satellites, tu constates alors une augmentation de 0,6℃ décennale, alors que les températures baissaient pendant les 35 années précédentes de – 0,3℃ décennal ! Tu ne peux pas voir la tendance centennale.
    En 1974, au plus bas de l’oscillation, le Time magazine se posait la question : Another Ice Age ?

Les commentaires sont fermés.