Paix à Pâques, poisson d’avril !

Ou mon pet pascal pour 2018 🙂 

À lire au deuxième degré... ou pas 😉

Petit retour sur un vieux livre...
Genèse, 1.28 : ...et Dieu leur dit : Croissez et multipliez, et remplissez la terre, et l’assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer et sur les oiseaux des cieux, et sur tout animal qui se meut sur la terre...
...Voici je vous ai donné toute herbe portant semence, qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre qui a en soi du fruit d’arbre portant semence ; ce sera votre nourriture...
...Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et voici, c’était très bon.

Interprété puis traduit de l'araméen en grec, puis du grec en latin, le message à le mérite d’être malgré tout très clair ! Malthus et autres écolos-néo-malthusiens ne sont que des abominables hérétiques ! À aucun moment Dieu dit qu’il faut arrêter de baiser et consommer très peu, encore moins d’utiliser des moyens contraceptifs. Il encourage même la gestation pour autrui si c'est nécessaire !

Abraham, dont la femme Sarah est stérile, ne peut ni croître ni se multiplier. Il reçoit l'ordre de Dieu de copuler avec Agar, la servante de sa femme. Ismaël sera le premier enfant conçu sous GPA ! Mais comme Sarah n’aime pas Agar, on peut imaginer qu'Abraham a peut-être lutiné la servante bien avant que Dieu ne le lui commande ! 😉

Quand Sarah met au monde Isaac, son premier fils, à l'age de 80 ans (la première PMA sans doute), elle convainc Abraham de se débarrasser d'Ismaël et de sa mère dans le désert pour qu’ils en meurent. Et c’est là qu'apparaît le principe divin fondamental « Dieu y pourvoira ». Il permet à Ismaël de survivre, une source (de pétrole ? 😉 ) apparaît soudainement dans le désert.

Tu ne tueras point, sauf si c'est Dieu qui te dit de le faire - le sacrifice du fils

Comme Dieu n’a pas aimé qu’Abraham ai voulu se débarrasser d'Ismaël (les arabes), il lui demande de sacrifier son autre fils, Isaac (les juifs), sur la montagne de la Moriah. Dieu fait ça pour vérifier si Abraham va enfin lui obéir. Il remplace Isaac par un bélier avant que le couteau ne l'égorge ! Depuis nous avons le rôti d’agneau pour les uns et les œufs en chocolat pour les autres, mais aussi la phrase « à la montagne de l’Éternel il sera pourvu », soit plus tard « Dieu (ou le ciel) y pourvoira ».

Le dommage collatéral de cette première GPA, c’est que depuis cette époque, les Juifs et les Arabes se tapent sur la gueule ! Le plus amusant, c'est que chacune des trois religions abrahamiques a sa propre interprétation de ce passage de la Torah. Mais seul le judaïsme accepte aujourd'hui la GPA, à partir du principe fondamental de la Genèse : Croissez et multipliez ! 😉

Donc pas de soucis écolos-néo-malthusiens à avoir : on baise, on bouffe, on fait des gosses et Dieu y pourvoira ! C'est forcement vrai, c'est écrit dans la Bible !
Sauf que...

L'ère du Capitalocène

Nous ne sommes pas rentré dans l’ère de l’Anthropocène, notion édulcorée verte-bon-chic-bon-genre, mais dans celle du Capitalocène où le moteur est celui du profit personnel et non d’une juste répartition des ressources et des bénéfices avec tous les indigents de la terre. Non mais, faut pas déconner !

Nous, les riches, nous allons devenir de plus en plus minoritaires pendant que ces salops de pauvres qui se reproduisent comme des lapins vont finir par nous bouffer toutes nos ressources de notre Terre à nous rien que pour nous !

La notion de « développement soutenable » (durable est une mauvaise traduction) apparaît dans un rapport de 1987 de l’ONU rédigé par la norvégienne (et luthérienne) Gro Harlem Brundtland . Il a inspiré la création du GIEC (IPCC) et a le mérite d'être clair (chap. 2.III.4) : « Mais il ne reste pas beaucoup de temps et les pays en développement devront également recourir à des mesures directes pour réduire la fécondité, évitant ainsi de dépasser le potentiel productif leur permettant de faire vivre leur population ». C'est la fameuse décroissance malthusienne qui revient en loucedé...

La Déclaration des Droits de l’Homme - 1789

J’ai précisé « luthériens », car le malthusianisme et l’eugénisme sont les deux facettes sympathiques du protestantisme, un gros bémol au principe fondamental du croissez et multipliez ! En Norvège, la religion luthérienne d’État n’est abolie que depuis seulement 2012 et 2000 pour la Suède. En Finlande, C'est encore une religion d’état avec l’église orthodoxe, mais il y a liberté de culte depuis 1923, une séquelle sans doute de la révolution russe. La France est un pays laïc depuis la loi de séparation entre les églises et l'état de 1905, mais cela a commencé dès 1789 avec la déclaration des droits de l'homme. Je vous conseille vivement de lire ces deux articles, ils sont édifiants : Malthusianisme et protestantisme et Eugénique à la scandinave

Alors que faire si les pays en développement ne font pas le nécessaire pour arrêter de faire une multitude de gosses ? Il va bien falloir que nous, les riches, nous réagissions « pour sauver la planète ». Les bombes « propres » à neutrons sont écologiques, avec très peu de retombées fâcheuses, mais leur portée est limitée 😉 Construire un mur, on sait bien depuis la fin de la saison 7 de Game of Thrones, que cela n'arrête qu'un temps les marcheurs... 😉

Game of Thrones - Le mur

Selon un rapport de ONU de juin 2017 « de 2017 à 2050, la moitié de la croissance de la population mondiale sera concentrée dans seulement neuf pays classés en fonction de leur contribution à la croissance démographique mondiale : l'Inde, le Nigeria, la République démocratique du Congo, le Pakistan, l'Éthiopie, la Tanzanie, les États-Unis, l'Ouganda et l'Indonésie. »
La population mondiale atteindra 9,8 milliards d’habitants en 2050

L’Inde, dont la population va bientôt dépasser celle de la Chine, et la Chine elle-même, sont les 2 pays qui ont dépensé le plus dans leur armement en 2017. Nous devons espérer qu’ils s’auto-réguleront leur population réciproquement. Le Pakistan et l’Inde ont tous les deux la bombe, cela peut marcher aussi !

Mais qui va s’occuper de l’Afrique qui est le continent le plus prolifique ? Nous ne pouvons pas décemment réduire de force la population de la République démocratique du Congo dont la langue officielle est le français, « we must defend the Francophonie » a dit à juste titre notre président ! 🙂

Les anglais qui possèdent également la bombe à neutrons vont peut-être défendre le Nigeria qui parle l’anglais, mais avec le Brexit, rien n’est moins sûr. Aller l’Europe, courage, il faut défendre Nos Ressources Rien qu’à Nous que pour Nous, « L’humanité se met en danger ! ». Il va bien falloir trouver des solutions finales !

Sauvez la planète, tuez vous !

Heureusement, l'ONU veille. En 2012, elle accouche de l'IPBES, une nouvelle structure, basée en Allemagne, rassemblant aujourd’hui 129 pays et qui est qualifiée de « GIEC de la biodiversité ». Son dernier rapport est : Le déclin massif de la biodiversité menace l’humanité. Et voila, en plus du GIEC (IPCC), nous avons maintenant l'IPBES. Ils vont parfaitement nous préparer mentalement à prendre les bonnes décisions politiques, ça c'est sûr ! 🙂

Ouf !

La végétation et le CO2

Après ma précédente cogitation sur notre absence de fourrure naturelle, mes neurones n'étaient pas encore repus. Le sapiens sapiens tropical est né sans poil dès l’origine et il n'a survécu au froid que grâce à ses travaux de couture. Qu’en était-il du besoin réel en CO2 des plantes à feuilles qui sont nées des millions d’années plus tôt et qui ont failli se sentir très mal à la fin du Pléistocène ?

La Rubisco est l'enzyme clé qui fixe le CO2 dans la biomasse végétale en le transformant en sucre et en hydrate de carbone grâce à l'énergie solaire. Elle est la protéine la plus abondante sur Terre. Sans CO2 ni H2O ni soleil, il n’y aurait pas la vie telle qu’on la connaît aujourd’hui. Le CO2 n’est pas un polluant, il est vital ! J’ai donc recherché quel était le taux de CO2 aujourd’hui le plus favorable à la photosynthèse…

Surprise !

Les plantes maraîchère (tomate, concombre, fraise, etc..) par exemple se sentent bien entre 1000 à 1300 ppmv de CO! Eh oui, quand les plantes sont apparues pendant le Dévonien il y a 400 millions d'années, le taux de CO2 n’était pas celui du Pléistocène ni de l’Holocène ! Les plantes se sont tellement développées qu'elles l'ont fait chuter drastiquement de 3000 ppmv à 1000 ppmv ! À la fin du Carbonifère le taux était descendu à un niveau comparable à celui d'aujourd'hui. Il est ensuite remonté au même niveau qu'au Dévonien pour diminuer progressivement jusqu'à son minima à la fin du Pléistocène.

Paramètre RCO2 en fonction du temps depuis 600 millions d'années.
Ce paramètre est défini comme le rapport entre la masse de CO2 atmosphérique à un temps donné du passé sur la masse actuelle (valeur préi-ndustrielle de 300 ppmv).
http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/co2-depuis-4ga.xml

L’avantage d'un plus fort taux de CO2, c’est que pour absorber le carbone, les plantes ouvrent moins leur stomates ce qui réduit fortement l'évapotranspiration.  Elles perdent moins d’eau, ce qui veut dire moins d’arrosage. Le seuil de 500 ppmv semble être un minimum pour celles qui en ont le moins besoin.
Le gaz carbonique dans les serres, ministère de l'agriculture, Ontario (2004)

Et l’Europe dans tout ça ? Le gaz carbonique c’est caca ou c’est bon ?
Ahhhh, c’est bon aussi !
Les bénéfices du CO2 dans les serres, CORDIS, Commission européenne (2014)

Alors, un doublement hypothétique du taux de CO2 atmosphérique d’ici la fin du siècle (400 ppmv en 2017), c'est bon où mauvais pour nourrir une population mondiale qui passera de 7.6 milliards à 11.2 milliards d’habitants ? C’est combien l’augmentation du rendement ? 30 % ? 50 % ? Le CO2 ne devient légèrement toxique qu’à partir de 6000 ppmv (15 fois plus qu’actuellement) et mortel à 40000 ppmv (100 fois).
L'actualité mondiale, juin 2017, ONU info

Evolution des paramètres climatiques

Source CNRS. Evolution des paramètres climatiques enregistrés dans la carotte de Vostok (d’après Petit et al., 1999)
a) rapport isotopique de la glace. L’amplitude des variations de D correspond à un changement de température d’environ 10°C.
b) CO2 et c) CH4, gaz à effet de serre
d) 18O de l’air piégé
e) Evolution du volume de glace ou niveau marin. Les stades isotopiques indiqués correspondent à des climats interglaciaires pour lesquelles une numérotation impaire est toujours utilisée
f et g) Aérosols marins (Na) et terrigènes
Aucun outil de datation absolu n’existant à cette échelle de temps dans la glace, la chronologie relative de Vostok a été calée sur celle des variations de l’isotope marin (courbe “e”) à deux époques : 110 ka et 390 ka par analogie entre les deux signaux. Entre ces deux repères, la chronologie est obtenue par modélisation de la calotte glaciaire.
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim1/rechfran/4theme/paleo/gdeimghtml/A29.html

Juste une remarque en passant sur le forçage du CO2

Le cycle des transitions glaciaires-interglaciaires est le plus souvent attribué aux changements d'insolation induits dans les hautes latitudes terrestres par les variations orbitales de la Terre.  Ces variations orbitales étant relativement faibles, une rétroaction amplificatrice serait alors nécessaire pour expliquer l'importance du changement climatique glaciaire-interglaciaire, le CO2 et son « effet de serre » étant pour le GIEC le coupable idéal.

Les experts de l'IPCC (GIEC) ont établi leur théorie d'amplification de la température de la Terre par l'augmentation du CO2 à partir des analyses des carottes de glace prélevées dans l'Antarctique. Celle du forage de Vostok, effectuée par Petit, Jouzel et al. (1999) va servir de « preuve » dans le film de propagande documentaire catastrophe d'Al Gore, « une vérité qui dérange » (2005) qui contient, entre autre, 9 contre-vérités scientifiques !

Gore et le GIEC obtiendront malgré tout le prix Nobel de la paix en 2007. Jouzel, notre héro climatique distingué national, expert du GIEC depuis 1994 et vice-président en 2002, se la joue prix Nobel de la paix à la télé et sur wikipedia... Ce n'est pas beau de mentir Pinocchio, c'est le GIEC qui a obtenu le prix, pas son vice-président ! 😉

À noter que le président du Giec, l'Indien Rajendra Pachauri a un doctorat en génie industriel et en économie. Après avoir travaillé dans les chemin de fer indiens il passe sa thèse de doctorat en 1974 au USA : « Un modèle dynamique pour la prévision de la demande d'énergie électrique dans une région spécifique située en Caroline du Nord », ce qui bien sûr montre sa totale incompétence en climatologie et le désigne parfaitement pour diriger le GIEC 🙂

Al Gore et le GIEC reçoivent le Nobel de la Paix 2007
http://www1.rfi.fr/sciencefr/articles/096/article_60115.asp

Que dit cet article scientifique sur le forage de Vostok : « Les concentrations atmosphériques de CO2 et de CH4 sont bien corrélées avec la température de l'air de l'Antarctique pendant les derniers 420 mille ans. Les concentrations actuelles de ces deux gaz à effet de serre semblent sans précédent pendant cette période ». L'eau froide à 0°C absorbant deux fois plus de CO2 qu'à 20°C, les experts attribuent une grande partie des variations du CO2 dans l'atmosphère au dégazage ou au stockage de celui-ci dans les océans profonds. Cependant, les mécanismes exacts et leurs contributions ne sont pas connus.
Histoire du climat et de l'atmosphère des 420 000 dernières années du glacier de Vostok

Mais un petit détail n'a pas échappé à quelques scientifiques pointilleux. Le CO2 augmente bien, mais après un retard de 800 à 1000 ans sur la température. Les océans et les mers couvrent 71% de la surface terrestre et contiennent 1,4 milliards de km3 d'eau ce qui fait une sacrée bouilloire à chauffer ! Déterminer le retard avec précision est crucial pour comprendre les mécanismes en jeu.

Mais comment alors expliquer l'augmentation actuelle de la température induite par l'accroissement du taux de CO2 depuis le début de l'ère industrielle... s'il ne doit agir que 800 ans après ?
Bonne question, non ?

Lors de la dernière déglaciation, de -19 à 11 mille ans BP (before present), la température de l'Antarctique a augmenté de 10°C et le CO2 de 80 ppmv avec un retard de 400 ans indiquant un couplage plus rapide - Tightened constraints on the time-lag between Antarctic temperature and CO2 during the last deglaciation .  En 1850, au début de l'ère industrielle, le taux de CO2 était de 280 ppmv. En 1995, 145 ans plus tard, le taux atteint 360 ppmv, avec 80 ppmv également de plus, pour un accroissement de 0.6°C seulement de la température moyenne mondiale !

Et c'est là le deuxième petit détail qui pose problème : « 8000 ans, 10°C, 80 ppmv , retard de 400 ans » versus « 145 ans, 0.6°C, 80 ppmv, immédiat ». De quelques manières que l'on tourne le problème, il n'est pas simple de trouver quelconque mécanisme amplificateur à géométrie variable qui pourrait expliquer ce binz !

Et comme l'absorptivité de la bande infra-rouge du CO2 est presque saturée à 180 ppmv, il est assez vraisemblable que la contribution du CO2 à l'élévation de la température lors de la dernière déglaciation doit être assez proche de 0.6°C sur le total des 10°C constatés dans les forages de l'Antarctique.

http://www.lmd.jussieu.fr/~jldufres/IUFM_Creteil/Dufresne_bil_serre_terre.pdf

Quand on compare le taux de CO2 avec la courbe de température HADCRUT4 qui est une des références pour l'IPCC (GIEC) et dont ont peut constater par ailleurs, sur le site du MET, que les données brutes sont « pondérées » pour coller à la théorie climatique actuelle, il est difficile de discerner de 1850 jusqu'en 1978 (69% des 80 ppmv), une corrélation indiscutable avec le CO2.

On remarquera que la température moyenne mondiale varie à la hausse et à la baisse assez fortement tous les 32-33 ans, mais pas le CO2 . Il y a une tendance générale à la hausse, depuis la fin du Petit Age Glaciaire qui coïncide également avec le début de l'ère industrielle (0.6°C au XXème siècle). C'est plutôt rassurant.

http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:1850/to:1995/plot/hadcrut4gl/from:1850/to:1880/trend/plot/hadcrut4gl/from:1880/to:1912/trend/plot/hadcrut4gl/from:1912/to:1944/trend/plot/hadcrut4gl/from:1944/to:1976/trend/plot/hadcrut4gl/from:1976/to:1995/trend

http://cycleducarbone.ipsl.jussieu.fr/index.php/visiteurs/des-faits-marquants/24-augmentation-plus-rapide-du-co2-dans-l-atmosphere

Questions :

Quels est l'effet 94 fois plus puissants que l'absorption des infra-rouges par le CO2 qui a accéléré la température de l'Antarctique de 9.4°C entre -19000 et -11000 ans BP ? Le CO2 qui n'ajoute que 0,6°C ou guère plus dans l'équation des 10°C, ne peut expliquer à lui tout seul la fin de la dernière glaciation. Bonne question, non ? Si l'on raisonne à l'envers et que l'on applique le taux de l'ère industrielle à l'accélération de la déglaciation, la température aurait du augmenter de 33°C et non de 10°C, avec une augmentation de 4400 ppmv du taux de CO2 !

Comme les modèles climatiques de l'IPCC ne prennent pas en compte ces « petits détails insignifiants », peut-on croire qu'ils soient autre chose que du branlage de nœud à plusieurs milliard de $ pour le contribuable, sachant que le climat est dit chaotique et que la moindre minuscule erreur de paramétrage d'un modèle mathématique suffit à rendre son résultat caduque ?

GIEC AR5 - Résumé à l’intention des décideurs - 2013 - Les meilleures estimations du forçage radiatif net sont présentées sous la forme d’un losange noir avec les intervalles d’incertitude
correspondants; les valeurs numériques sont fournies sur la droite de la figure de même que le degré de confiance (TÉ – très élevé, É - élevé, M - moyen, F - faible, TF – très faible)
https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/wg1/WG1AR5_SPM_brochure_fr.pdf

Aller, pour rire, regardez la ligne sur le forçage « Naturel ». Il n'y a que « Changements d'éclairement énergétique du soleil » et c'est pouième. La vapeur d'eau, principal gaz à effet de serre n’apparaît pas dans ce tableau ! Par contre le CO2, il n'y en  a quasiment que pour lui...

La Royal Astronomical Society (juillet 2015) n'est pas d'accord avec cette approche et pense que nous allons vers un nouveau minimum de Maunder, celui qui a été responsable pendant le Petit Age Glaciaire des famines qui ont eu pour conséquence notamment en France de provoquer... la Révolution Française !

Les chasseurs dans la neige (Pieter Brueghel l’Ancien)
https://www.climato-realistes.fr/vers-un-nouveau-minimum-de-maunder/

https://www.nature.com/articles/srep15689

Mais d'autres spécialistes du soleil vont encore plus loin. Des adorateurs du seul vrai Dieu, Rê - Inti sans doute ! En analysant les cycles solaires reconstitués du passé, ils en déduisent... que le nouveau minimum de Maunder pourrait provoquer un refroidissement global entre 2050 et 2250 !

Inti et Rê
https://www.earth-syst-dynam.net/7/583/2016/esd-7-583-2016.pdf

Ce n'est que la prévision d'un modèle empirique, avec toutes les limites de ce genre d'exercice, plus proche du doigt mouillé que de la preuve scientifique. Mais un nouveau cycle de glaciation serait plutôt mal venu pour les 9.8 milliards d'habitants prévu par l'ONU en 2050. La politique énergétique verte actuelle, sans énergie fossile ni nucléaire, va montrer vite ses limites pour nous réchauffer le cul si ça pèle un max ! Va falloir songer à réapprendre à coudre les peaux de bêtes...
How to enjoy an ice age 🙂

Ötzi, l'homme des glaces
http://www.iceman.it/en/the-iceman/

 

 

L’homme tropical

J’ai lu récemment que l’homme moderne était d’origine « tropicale ». On lit d’habitude que Sapiens-sapiens est originaire d’Afrique orientale. Ce mot, par association d’idée, m’a fait immédiatement pensé au climat, à la « chaleur tropicale », alors que le mot « Afrique » ne m’avait pas fait réagir.

Hier, en lisant « Cœur de chien », une nouvelle satirique et fantastique de Mikhaïl Boulgakov (1925), j’ai les neurones qui ont fait « tilt » ! Le roman raconte l’histoire d’un chien qui se transforme en homme à la suite d’une greffe de testicules et d’hypophyse d’origine humaine !

Le tilt n’est pas venu de la greffe proprement dite, mais du fait que le chien perde ses poils et devienne nu. Et là soudainement j’ai repensé à la phrase sur l’origine tropicale de l’homme moderne.

Mais bon Dieu, mais c’est bien sûr ! Homo, ce mammifère apparu en Afrique n'a ni plumes, ni fourrure parce que ce n'était pas un avantage sélectif en Afrique. Au contraire, dans un environnement climatique très chaud et une fois sorti du couvert des arbres, une peau nue, c'est idéal pour transpirer et se rafraîchir !

Jebel Irhoud - Homo Sapiens sapiens
https://fr.wikipedia.org/wiki/Djebel_Irhoud

Les récentes découvertes de fossiles d'homme moderne en Afrique du Nord (Djebel Irhoud, Maroc) montrent qu'il serait apparu vers -320 mille ans , pendant l'interglaciaire qui a suivi la grande glaciations de Mendel au Pléistocène moyen. Néandertal, un autre sapiens un peu plus ancien mais européen, apparaît en Espagne vers -430 mille ans, pendant le long interglaciaire précédent (fossiles de Sima de los Huesos).

Sima de los Huesos, Espagne - Néandertal
http://www.atapuerca.tv/atapuerca/fosiles_huesos.php

Ces deux cousins sont les descendants d'un homo plus ancien qui a commencé à tailler des bifaces il y a 1.8 millions d'années. Par un curieux hasard, c'est aussi le début d'un interglaciaire (Donau-Günz) qui durera 600 mille ans ! Ces chasseurs-cueilleurs en profiteront pour apprendre à utiliser le feu qui rend leurs aliments plus digestibles (accessoirement les grottes plus chaudes, si besoin), et ils utiliseront les peaux des animaux tués pour se couvrir en cas de fraîcheur. Nomades, ils partiront en petits groupes à la conquête de l'Europe et de l'Asie, probablement en suivant les migrations des troupeaux.

Biface - 300 000 ans - Saint-Acheul, Somme, France
https://www.photo.rmn.fr/archive/97-002165-2C6NU0SNLM63.html

Revenons à notre premier Sapiens-sapiens. Pendant l’interglaciaire (Mindel-Riss), il fait beaucoup plus chaud qu’aujourd’hui (+2 à +3°C). Le taux de CO2 est supérieur à 300 ppmv (partie par million en volume soit 0.03% de l'atmosphère). Cette mesure est obtenue à partir des quelques atomes de COprésents dans les bulles d'air emprisonnées dans la glace de l'Antarctique et présuppose qu'elles sont restées entièrement confinées et n'ont pas diffusé pendant 300 mille ans ! Plus l'eau est froide, plus le CO2 y est soluble et la pression phénoménale des 3 kilomètres d'épaisseur de glacier provoque des surfusions partielle dans la glace !

La glaciation suivante, la glaciation de Riss, va durer de -310 à -130 mille ans. Elle atteint son extension maximale peu avant qu'elle ne se termine, après avoir connu deux périodes relativement douces vers -240 mille ans (un mini interglaciaire) et de -220 à -190 mille ans.

Sapiens sapiens au mont Carmel - Israël
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/01/25/decouverte-en-israel-du-plus-ancien-homo-sapiens-hors-d-afrique_5247195_1650684.html

La découverte récente de fossiles en Israël (mont Carmel) suggère que Sapiens-sapiens, pas con, a profité de cette période douce  pour aller visiter le Moyen-Orient. Mais il attend l'Eémien (Riss-Würm), l'interglaciaire suivant  dont la température est supérieure de +2 à +3°C par rapport à maintenant, pour partir en balade vers l'Est. Pendant cette période interglaciaire qui a duré de -130  à -115 mille ans, le taux de CO2 est de 290 ppmv. Des fossiles vieux de 80 mille et 120 mille ans ont été découverts dans la grotte de Fuyan, au Yunnan en Chine.

Des Chinois « modernes » vieux de plus 80 000 ans
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/10/14/des-chinois-modernes-vieux-de-plus-80-000-ans_4789521_1650684.html

Vers -60 mille ans, pendant la glaciation Würm, la suivante et dernière de la préhistoire, Néandertal a un fort coup de blues et sa population décroit drastiquement pendant la forte baisse des températures qui se produit à cette époque. Il laisse ouverte la porte du frigo de l'Europe à Sapiens-sapiens qui va s'y s’engouffrer vers -50 mille ans, quand les températures remontent de plusieurs degrés.

Les températures vont de nouveau baisser et atteindre la période la plus froide de tout le Pléistocène vers -20 mille ans (avant J.C) et marquer le début du Tardiglaciaire. La température va ensuite remonter rapidement puis s’effondrer brutalement de nouveau vers 11 mille ans avant JC.

L'Holocène, notre interglaciaire, commencera 1300 ans plus tard après une nouvelle remontée brutale des températures, mettant fin à la glaciation de Würm .

Forage de Vostok
Forage de Vostok, Antarctique, Petit et al. Le taux de CO2 suit le changement de température avec un décalage de quelques centaines d'années. Le CO2 est plus soluble dans l’eau froide que chaude. La concentration de poussière est liée au vent qui souffle sur les terres qui deviennent désertiques par la mort de la végétation, à la chute des grosses météorites et au volcanisme.
https://www.researchgate.net/publication/200033381_Climate_and_atmospheric_history_of_the_past_420000_years_from_the_Vostok_Ice_Core

Ce qui est remarquable, c’est que pendant cette période  excessivement froide, sèche et poussiéreuse de la fin du Pléistocène, la vie végétale a frôlé l'extinction. Le taux de CO2 est tombé à 180 ppmv. À 150 ppmv, la végétation s’étiole et se dessèche, la photosynthèse n’est plus suffisante malgré les stomates ouvertes au maximum. À 100 ppmv, il n'y a plus de photosynthèse chez les plantes à feuilles et c'est la cata !

La caractéristique de la flore en Europe centrale à cette époque , c'est une végétation de toundra, une végétation sans arbre. La limite altimétrique de la forêt continue est 1500 à 1800 mètres plus basse que celle d'aujourd'hui, soit une température inférieure de 10 à 12°C par rapport à notre période actuelle. Mais le froid, la sécheresse et le vent ne sont que les trois premiers cavaliers de l'Apocalypse du Tardiglaciaire. Ils ont le même effet physiologique principal : empêcher la germination qui est le quatrième cavalier, la mort !
La couverture végétale de l'Europe pléistocène

C'est également pendant cette même période de la fin du Pléistocène, de -50 à -10 mille ans,  que la quasi totalité des mammifères, des oiseaux et des reptiles de plus de 45 kg vont disparaître d'Europe, d'Amérique, d'Australie et d'Asie du Nord, une extinction de masse ! La mégafaune ne va subsister presque intacte qu'en Afrique sub-tropicale et en Asie du sud. L'homme n'y est pour rien cette fois, avec le même résultat, qu'il soit présent ou pas.

Rhinocéros laineux - Coelodonta antiquitatis
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rhinoc%C3%A9ros_laineux

Mais heureusement, Dieu est pote avec Sapiens-sapiens. Après qu'Ève ait donné la pomme à Adam, voila que tous les deux s'aperçoivent qu’ils sont à poil sans poil, les pauvres ! Mais Dieu est là, ouf ! Gen. 3.21 : « L'Éternel Dieu fit des habits en peau pour Adam et pour sa femme, et il les leur mit ».
Merci Dieu !

Et oui ! L’homme moderne sait maintenant se faire de vrais habits en peau tannée. C'est vers -20 mille ans qu'il utilise des aiguilles à chat, en os ou en ivoire, avec des fibres végétales ou des tendons comme fil à coudre. Enfin il peut s'habiller de plusieurs couches de vêtements et sous-vêtements et continuer de chasser sans gène, même en bordure des glaciers.

C'est le génie inventif de Monsieur Sapiens-sapiens et ses incroyables talents manuels de précision, tant dans la fabrication de ses outils que dans ses techniques de chasse ou de couture qui vont lui permettre de s’affranchir de son absence de fourrure naturelle et survivre dans ces conditions particulièrement difficiles en Europe. C'est un des rares mammifères de plus de 45 kg qui va survivre !

Aiguilles à chat en os
https://www.grandpalais.fr/fr/article/lage-de-pierre

Il fabrique des pointes de flèches en silex vers -50 mille ans, ce qui suppose l'invention de l'arc à la même époque (les artefacts trouvés sont plus tardifs). Vers -20 milles ans, il invente le propulseur de sagaie qui en augmente considérablement la portée. Ces deux inventions vont lui permettre de chasser un gibier devenu plus petit et plus rare, çe qui tombe à pic, vu les circonstances ! 

 Néandertal, avec qui Sapiens-sapiens a eu des relations coquines à plusieurs reprises depuis plus 100 mille ans, n'a pas acquis son habileté technologique - ou ne l'a pas voulu, le premier écolo ? Il va disparaître pendant ce grand minima glaciaire, premier réfugié climatique, coincé au sud de l’Espagne - ou décroissance voulue pour ne pas épuiser la planète ? Je plaisante !

Y est-il mort de faim, de froid, de maladie ou tout simplement s'est-il éteint à cause d'une fécondité trop faible - parce qu'il n'avait plus envie de lutiner sa femme, étant lui-même ensorcelé par ses jolies cousines voisines ? Nul ne le sais. La grotte de Gorham à Gibraltar est son dernier habitat connu.

Pendant que Néandertal se transforme en poussières dans le sud de l'Europe, Sapiens-sapiens profite du niveau particulièrement bas des mers, (-120 mètres plus bas qu'aujourd'hui), pour envahir vers -50 mille ans, l'Océanie à pieds et à sec, à la même époque où il s'installe en Europe. Toujours prêt à satisfaire sa curiosité, il profite de l'absence de glace vers -20 mille ans sur la bande de terre qui relie l'Asie à l'Alaska en travers du détroit de Béring pour partir camper en Amérique.

Clovis stone points from the Drake Cache of Colorado
https://insider.si.edu/2012/05/3d-imaging-adds-remarkable-dimension-to-understanding-of-north-americas-clovis-stone-points/

L'Holocène commence en 9700 ans avant JC. Entre -8000 et -4000, la chaleur et l’humidité atteignent leur maximum. Les températures vont être supérieures à celles d’aujourd’hui de +1 à +2°C. C'est au Moyen-Orient au tout début de l'Holocène que l’homme moderne profite de son temps libre le ventre plein, pour inventer l’élevage et l’agriculture, puis la métallurgie et le tissage un peu plus tard. Il est devenu sédentaire. C'est plus cool que de courir après des grosses bestioles plus ou moins dangereuses !

À noter que certaines études sur le taux de CO2 calculé à partir de l'indice stomatique foliaire (densité des stomates des feuilles fossilisées) montre un taux supérieur à celui mesuré dans les bulles d'air de la glace. Pendant l'optimum de l'Holocène vers - 7800 ans BP (before present) soit 5800 ans avant JC, la concentration est de  330 ppmv en moyenne pour 260 ppvm dans la glace. C'est autant qu'en 1974 et bien plus que les 280 ppmv du début de l’ère industrielle (406 ppmv en 2017).

Reconstructed CO2 concentrations for the time interval between ≈8,700 and ≈6,800 calendar years B.P. based on CO2 extracted from air in Antarctic ice of Taylor Dome (left curve; ref. 2; raw data available via www.ngdc.noaa.gov/paleo/taylor/taylor.html) and SI data for fossil B. pendula and B. pubescens from Lake Lille Gribsø, Denmark (right curve; see Table ​Table1).1). The arrows indicate accelerator mass spectrometry 14C chronologies used for temporal control (Table ​(Table1).1). The shaded time interval corresponds to the 8.2-ka-B.P. cooling event (3–12). Quantification of mean CO2 concentrations is based on the rate of historical CO2 responsiveness of the European tree birches (Fig. ​(Fig.1);1); ±1σ CO2 estimates are derived from the standard deviation of the SI mean values.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC129389/

Moralité :

C'est principalement pendant les périodes chaudes du Pléistocène que le genre homo a prospéré et s'est propagé sur la Terre. C'est principalement pendant les transitions froides que toutes les différentes espèces d'homo sapiens, hormis l'homme moderne, ont disparu.

C'est pendant les interglaciaires et les périodes où le climat était le plus doux, synonyme de nourriture plus abondante, que Sapiens-sapiens a eu plus de temps libre pour imaginer de nouveaux outils et améliorer ses chances de survie quand les conditions devenaient moins favorables.

Le risque mortel pour le Sapiens-sapiens du futur, c’est l'arrivée inéluctable de la prochaine glaciation. Les six dernières se sont produites dans un cycle approximatif de 100 mille ans avec des interglaciaires de 10 mille ans. Il y a deux exceptions, une courte de quelques milliers d'années seulement vers - 240 mille ans quand sapiens sapiens s'installe au Moyen Orient et une longue de 30 milles ans à la naissance de Néandertal en Espagne vers -430 mille ans. Il n'y a pas de raisons objectives connues que ce cycles glaciation-déglaciation change. Et notre interglaciaire a déjà plus de 11 mille ans au compteur..

Les deux tiers des terres cultivables sont situées dans l'hémisphère nord et un bon nombre aux latitudes congelables ou sous climat boréal. Le refroidissement des océans fera baisser le taux du CO2 atmosphérique ce qui entraînera une baisse de la productivité agricole. La sécheresse consécutive au refroidissement désertifiera davantage les zones tropicales.  Il n'y aura plus assez de de terres fertiles pour nourrir l’humanité.

Importance des terres agricoles recouvertes de glace ou sous climat boréal en période glaciaire

L'Apocalypse (6, 1-8)

Le cavalier blanc (la glace ?) arrive en premier et conquiert le monde.
Le second est rouge, il apporte le conflit entre les peuples.
Le troisième est noir et amène la stérilité des terres et l'amaigrissement des bêtes et des hommes.
Le dernier est blême. Il apporte la maladie, puis met fin à toute vie sur la Terre des hommes.

Sympa cette prophétie ! un copié-collé de la fin du Pléistocène avec l'extinction de la mégafaune - genre homo compris - comme pronostic pour la fin de notre interglaciaire ? 😉

Nous ne sommes pas encore arrivé là, je l'espère ! Mais il faut quand même constater qu'en ce moment même, le froid fait déjà vingt fois plus de morts que le chaud !
Risque de mortalité attribuable à des températures ambiantes élevées et basses: une étude observationnelle multi-pays